Herbert Foundation

La Collection Herbert se concentre sur l’avant-garde internationale entre 1968 et 1989. Ces deux dates balisent le cadre dans lequel la Collection se situe et représentent des moments charnières : la révolte étudiante de 1968 comme symbole d’un monde utopique et la chute du mur de Berlin en 1989 qui signifiait la fin de ce rêve.

En 1973, 64 Lead Square de Carl Andre (1969) est la première œuvre à entrer dans la Collection. Mais les racines remontent à la Collection Tony Herbert (1902-1959), le père d’Anton Herbert. Tony Herbert est l’un des plus importants collectionneurs de l’expressionnisme flamand et sa vaste collection comprenait des œuvres de Constant Permeke, Gust De Smet, Jean Brusselmans, Edgard Tytgat, Rik Wouters et Frits Van den Berghe.

Après le décès de Tony Herbert, Annick et Anton Herbert auraient pu poursuivre le développement de cette collection. Ils choisissent d’emprunter une autre voie. Fernand Spillemaeckers exerça sur eux une grande influence à cet égard en leur faisant découvrir l’avant-garde artistique qu’il représentait avec la Galerie MTL. 


Carl Andre / Robert Ryman / Donald Judd

Les artistes choisis par Annick et Anton Herbert ont en commun la mise en question de la définition traditionnelle de l’œuvre d’art, de la fonction de l’artiste et du monde de l’art. Aux côtés de Carl Andre, on retrouve parmi eux Sol LeWitt, On Kawara, Lawrence Weiner, Marcel Broodthaers, Gilbert & George, Mario Merz, Art & Language, Giulio Paolini, Robert Barry, Gerhard Richter et Bruce Nauman.

À partir des années 1980, les changements sociaux entraînent un nouveau défi pour la Collection. Outre le Minimal Art, l’art conceptuel et l’Arte Povera, la nouvelle génération fait son entrée dans la Collection avec entre autres Thomas Schütte, Franz West, Martin Kippenberger et Mike Kelley. L’esprit critique qui se dégage de l’œuvre de ces artistes est la continuation manifeste de l’engagement pris par la Collection dans les années 1970.

Martin Kippenberger / Mike Kelley

Les œuvres des artistes suivis par les Herbert et les entretiens qu’ils ont eu avec eux constituent la base d’une réflexion subjective sur l’art et la société. Cet ensemble délimite également le cadre dans lequel s’inscrit la Collection : concentrée sur les artistes occidentaux, elle représente la génération actuelle des Herberts ainsi que les générations antérieure et ultérieure.